12Mai

Le bilan de compétences permet de faire le point sur vos motivations, votre potentiel et peut vous permettre de redéfinir votre projet professionnel.  Nous avons identifiés les différentes manières permettant de faire financer un bilan de compétences gratuitement. Cependant, il peut y avoir quelques conditions en fonction de votre statut pour faire financé son bilan de compétences :

Compte professionnelle de formation (CPF)

Depuis le 1er janvier 2017, comme toute formation professionnelle, le bilan de compétences est éligible au Compte Personnel de Formation (CPF).

Le CPF a remplacé le DIF (Droit Individuel à la Formation). Il s’agit d’heures cumulées par tout salarié, tout au long de sa vie active, pour lui permettre de suivre une formation qualifiante. Les crédits de DIF cumulés avant 2017 sont mobilisables jusqu’au 31 décembre 2020. Attention, vous devrez les déclarer vous-même sur votre compte CPF. Ils figurent sur votre dernier bulletin de salaire de 2017.

Depuis le 1er janvier 2019, le CPF est alimenté en euros et non plus en heures. Le taux de conversion est de 15€ par heure, fixé par décret par l’Etat.

 

Le fonds national de l’emploi (FNE)

FNE-Formation : Dans le cadre des conséquences économiques liées à la crise sanitaire du Covid-19, le dispositif FNE-Formation a été repensé afin de répondre aux besoins des entreprises en activité partielle et en activité partielle de longue durée par la prise en charge des coûts pédagogiques. Il est accessible à toutes les entreprises qui ont des salariés en chômage partiel, par une simple convention signée entre l’entreprise et la Direccte ou après accord de prise en charge par un opérateur de compétences

Financement – Pole emploi

Si vous êtes au chômage, votre bilan de compétences pourra être financé également par pole emploi. Il suffit d’évoquer la question avec votre conseiller Pôle emploi.

Financement propre

Vous soyez salarié ou demandeur d’emploi, vous pouvez financer le Bilan de compétences par vos propres moyens. Dans ce cas, n’hésitez pas à demander des devis détaillés aux organismes de formation.

 

Financement ’AGEFIPH

Le bilan de compétences du travailleur handicapé peut être financé par des dispositifs dédiés gérés par l’AGEFIPH – l’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées.

Si vous êtes demandeur d’emploi reconnu travailleur handicapé, l’AGEFIPH peut contribuer au financement, par abondement, de votre bilan éligible au CPF. Il vous faudra pour cela monter un dossier avec un conseiller d’insertion (CAP EMPLOI, POLE EMPLOI, Missions Locales sont les 3 structures d’insertion).

Le FIPHFP (Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique) finance la mise en place de bilans de compétence ou de bilans professionnels pour des agents rencontrant des difficultés de maintien dans l’emploi, dans la limite de 2000 euros.

 

LE FINANCEMENT PAR L’ENTREPRISE

Votre entreprise peut prendre en charge votre bilan de compétences. Dans ce cas, ce sera prévu dans son plan de développement des compétences.

Bien souvent même, c’est votre employeur qui vous proposera de faire un bilan. Vous n’êtes pas obligé de l’accepter. Les conclusions du Bilan ne seront pas communiquées à l’employeur.

 

 

LA DEMANDE DE FINANCEMENT AUPRÈS DU FONGECIF

Depuis le 1er janvier dernier, le bilan de compétences n’est plus finançable par du Fongecif. Seules les formations certifiantes le sont. Vous pouvez donc mobiliser votre CPF pour financer votre bilan de compétences et ensuite, si vous avez besoin de suivre une formation certifiante pour engager votre nouveau projet de vie, vous pouvez très bien solliciter le Fongecif.

 

L’abondement lié au taux d’invalidité (AT/MP)

Pour les victimes d’accidents du travail et de maladies professionnelles, la CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie) propose également un abondement du CPF.

Pour en bénéficier, il faut pouvoir justifier d’un taux d’incapacité permanente évalué à 10% ou plus. L’apport de la CPAM peut aller jusqu’à 7.500 euros et être utilisé plusieurs fois. Il ne peut cependant être versé qu’une seule fois, mise à part dans la situation exceptionnelle où le bénéficiaire aurait connu deux accidents du travail ou maladies professionnelles différentes.

 

Le compte d’engagement citoyen

Vous êtes ou avez déjà été bénévole dans une association dans le passé ? Vous ne le savez peut-être pas, mais un compte d’engagement citoyen (CEC) vous a été automatiquement ouvert. Tout comme travailler en tant que salarié permet d’accumuler des droits sur son CPF, exercer une activité “citoyenne” ouvre également des droits à la formation. Si vous donnez de votre temps à une association, que vous êtes réserviste dans l’armée ou la santé, maître d’apprentissage ou avez réalisé un service civique, vous pouvez acquérir jusqu’à 240 euros par an sur votre compte d’engagement citoyen. Le CEC est plafonné à 720 euros et cumulable avec le CPF : il est tout à fait possible d’être en CDI, en CDD ou encore à temps partiel et de capitaliser en parallèle des droits sur son compte d’engagement citoyen.

 

Le compte professionnel de prévention

Les salariés exposés à des risques professionnels bénéficient automatiquement du compte professionnel de prévention le dispositif qui a remplacé le compte personnel de prévention de la pénibilité en 2018. Il permet aux salariés qui travaillent dans des conditions difficiles de cumuler des droits au fil des années sur un compte virtuel, à l’image du CPF. Libre ensuite aux salariés d’utiliser leurs points comme ils le souhaitent : ils peuvent bénéficier d’un complément de revenu pour travailler seulement en temps partiel, partir plus tôt à la retraite, ou financer une formation professionnelle. Un financement complémentaire via le compte professionnel de prévention peut se faire dans le cadre d’une formation qui permet d’accéder à un emploi non exposé au risque professionnel et de se reconvertir. L’utilisation du compte pénibilité, de par sa finalité et ses modalités de mise en œuvre, est donc assez restreinte.

 

Laisser un commentaire